Message à l’occasion de la journée mondiale de l’environnementsur le thème « La pollution de l’air »

DG UNESCO

Directrice Générale UNESCO

Message de Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement sur le thème « La pollution de l’air » 5 juin 2019

Ces enjeux, le premier rapport d’évaluation mondial sur la biodiversité – lancé le 6 mai 2019 à l’UNESCO, à l’issue de la réunion plénière de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) – les fait clairement ressortir. Il nous alerte sur la dégradation sans précédent de la nature et de ses processus écologiques et évolutifs, qui nous assurent un air de qualité, des ressources en eau douce et des sols sains.

Le rapport d’évaluation mondial souligne en outre la nécessité de prendre, de toute urgence, des mesures collectives immédiates afin de préserver le tissu vivant de notre planète. Il s’agit là d’un acte de solidarité envers les générations futures. Réduire la pollution de l’air exige non seulement un changement technologique, mais aussi un changement d’état d’esprit en matière environnementale, ainsi que des politiques novatrices et une réglementation au niveau social. Nous savons que plus les populations sont proches de leur environnement, plus il y a de chances qu’elles reconnaissent la valeur de la nature et de sa biodiversité, qu’elles soient conscientes de notre patrimoine commun, et qu’elles comprennent l’extrême importance d’un air sain, duquel dépend notre vie à tous, notre bien-être, et l’avenir de notre planète. C’est dans cet esprit que l’UNESCO mène son action, matérialisée par un réseau mondial unique de sites désignés par l’UNESCO et destiné à rapprocher les peuples de la nature en esquissant une nouvelle carte du monde – une carte de paix qui s’étend, au-delà des frontières, aux femmes et aux hommes de toutes les générations, ainsi qu’aux espèces vivantes et à l’environnement qui les entoure. Les réserves de biosphère de l’UNESCO, les géo parcs mondiaux de l’UNESCO et les sites du patrimoine mondial – qui représentent souvent des « poumons verts » pour la planète – comptent à eux tous plus de 2 000 sites exceptionnels à travers le monde, d’une superficie totale équivalente à celle de la Chine, pays hôte de la Journée mondiale de l’environnement cette année. Ces sites font converger des actions de conservation, des projets éducatifs et des approches novatrices en matière de développement durable local. Ils recrutent du personnel au sein des communautés locales et ouvrent leurs portes aux citoyens du monde, prenant le parti d’un développement plus inclusif et plus durable.

En cette Journée mondiale de l’environnement, j’appelle tous les pays à prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air. J’appelle surtout les femmes et les hommes, partout dans le monde, à se reconnecter à la nature qui les entoure, cette nature qui porte la vie et nous offre beauté, sens et harmonie. Célébrons cette Journée mondiale de l’environnement en prenant une grande bouffée d’espoir, et agissons tous en faveur d’une meilleure qualité de l’air, ainsi que pour la préservation de notre monde