MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE, DE L'ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

La CÔTE D'IVOIRE à l'UNESCO

Le réseau de Commissions nationales pour l’UNESCO, qui fait partie de l’architecture constitutionnelle générale de l’UNESCO, constitue un atout précieux pour l’Organisation dans l’accomplissement de son mandat, en particulier pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable à l’échelle des pays.

Télécharger le rapport des commissions nationales 2018 ici

Education Nationale|Amélioration de la qualité du système éducatif ivoirien

ÉDUCATION A LA SANTE ET POUR UNE VIE SAINE

La Commission nationale UNESCO,le Bureau Pays et la Direction de la Pédagogie et de la Formation Continue partagent les expériences. L'éducation complète à la sexualité est un processus intégré aux programmes scolaires, reposant sur l’enseignement et l’apprentissage des aspects cognitifs, émotionnels, physiques et sociaux de la sexualité. Elle vise à doter les enfants et les jeunes des connaissances, compétences, attitudes et valeurs leur permettant de jouir de leur droit à la santé, au bien-être et à la dignité ; de développer des relations sociales et sexuelles respectueuses ; d’examiner de quelle manière leurs choix affectent leur propre bien-être et celui des autres ; et de comprendre et d’assurer la protection de leurs droits tout au long de leur vie.
Plus que indispensable.

Cliquez ici pour Télécharger les présentations

DG UNESCO

Directrice Générale UNESCO

Message de Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement sur le thème « La pollution de l’air » 5 juin 2019

Ces enjeux, le premier rapport d’évaluation mondial sur la biodiversité – lancé le 6 mai 2019 à l’UNESCO, à l’issue de la réunion plénière de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) – les fait clairement ressortir. Il nous alerte sur la dégradation sans précédent de la nature et de ses processus écologiques et évolutifs, qui nous assurent un air de qualité, des ressources en eau douce et des sols sains.

DG UNESCO
Directrice Générale UNESCO

Message de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, 3 mai 2019. La liberté de la presse est la pierre angulaire des sociétés démocratiques. Tous les États, toutes les nations, se fortifient par l’information, le débat et la confrontation des points de vue. À l’heure de la multiplication de discours de défiance et de délégitimation de la presse et du travail journalistique, il est primordial que la liberté d’opinion soit garantie par l’échange libre des idées et des informations fondées sur des vérités factuelles.

Journée internationale des femmes et des filles de science

Message conjoint de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay,

et Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU-Femmes

Ces derniers temps, de jeunes femmes et filles du monde entier font entendre leur voix et appellent à agir contre le changement climatique partout sur la planète. Lorsque la jeune suédoise Greta Thunberg, âgée de 16 ans, a exhorté les participants au Forum économique mondial, en Suisse, à agir « comme si notre maison était en feu », elle se faisait l’écho d’un sentiment partagé par de nombreux jeunes de son âge.

La voix et l’expertise des femmes et des filles dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation (STI) sont essentielles pour apporter des solutions aux changements qui bouleversent notre monde en pleine évolution rapide. Il nous faut d’urgence combler l’écart entre les hommes et les femmes dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) et activement promouvoir l’égalité des genres dans les carrières liées à la science, à la technologie et à l’innovation.

Les compétences en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques sont le fondement des catégories d’emploi qui connaissent l’expansion la plus rapide. Des études récentes montrent que cette évolution du marché du travail débouchera sur une création nette de 58 millions de nouveaux emplois, en particulier des analystes de données et des chercheurs, des spécialistes de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique, des concepteurs et analystes de logiciels et d’applications, ainsi que des spécialistes de la visualisation de données.

Malheureusement, les femmes sont manifestement aujourd’hui confrontées à des difficultés dans des secteurs professionnels importants, telles que l’ingénierie, où les perspectives sont médiocres en termes de maintien, de promotion ou de réintégration après un congé de maternité. L’édition 2018 du Global Gender Gap Report du Forum économique mondial montre par exemple que seulement 22 % des professionnels de l’intelligence artificielle dans le monde sont des femmes : un fossé béant entre hommes et femmes qui révèle des problèmes majeurs tels que la ségrégation professionnelle et des conditions de travail défavorables.

Outre le fait de lever ces obstacles, une meilleure connectivité numérique et l’accès à des technologies abordables peuvent également accroître l’égalité dans les disciplines des STEM, permettant ainsi aux femmes et aux filles de s’épanouir pleinement en tant que scientifiques, étudiantes et citoyennes.

ONU-Femmes et l’UNESCO s’efforcent, aux côtés de divers partenaires à travers le monde, de combler l’écart entre les genres dans les domaines des STEM et des technologies numériques.

ONU-Femmes s’y emploie notamment par le biais des Principes d’autonomisation des femmes. Ces principes donnent aux entreprises – y compris dans le secteur du numérique, des technologies de l’information et de la communication, de la STI et des STEAM (STEM plus Art & Design) – des orientations concrètes pour l’autonomisation des femmes en milieu professionnel, sur le marché du travail et au sein de la collectivité. ONU-Femmes invite toutes les entreprises qui souhaitent s’engager en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation économique des femmes à approuver et mettre en œuvre ces principes.

Parce qu’il est primordial de remédier aux inégalités très tôt dans le système éducatif, l’UNESCO s’attache à susciter l’intérêt des jeunes filles pour les disciplines des STEM, à lutter contre les stéréotypes dans les programmes scolaires et à développer le mentorat féminin. En outre, l’Organisation encourage les femmes scientifiques à travers des initiatives telles que le programme L'ORÉAL-UNESCO pour les femmes et la science et l’Organisation des femmes scientifiques du monde en développement, qui offrent aux chercheuses scientifiques du monde entier des possibilités de bourses, de mise en réseau et de mentorat. Enfin, le projet STEM et égalité des genres soutient l’intégration des questions d’égalité des genres dans les politiques, stratégies, législations et plans nationaux en mettant l’accent sur la collecte de données ventilées par sexe.

Avec toutes ces initiatives, nous sommes résolus à favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de femmes et de filles de science afin de relever les grands défis de notre époque. Entendant l’appel lancé par Greta Thunberg, de jeunes chercheuses scientifiques font déjà bouger les choses dans la lutte contre le changement climatique, notamment l’adolescente sudafricaine Kiara Nirghin, dont les inventions permettent de réduire l’impact des épisodes de sécheresse.

En mettant à profit la créativité et le sens de l’innovation de toutes les femmes et filles de science, et en investissant suffisamment dans des politiques inclusives en matière de STEM, de recherche et développement et de STI, nous avons une opportunité sans précédent de tirer parti de la « quatrième révolution industrielle » pour le bien de la société

Les 5 grands programmes

 

  • Education (ED)
  • Sciences Exactes et Naturelles (SC)
  • Sciences Humaines et Sociales (SHS)
  • Culture (CLT)
  • Communication et Information (CI)

Le mot du Secrétaire Général

photo du SG

Les temps changent et les mentalités doivent aussi évoluer. Il est de plus en plus question de confier plus de responsabilités aux jeunes afin de faire leurs preuves. Dans cette optique, une équipe jeune est mise en place depuis le 17 juillet 2017, à la tête de la commission nationale ivoirienne pour l’UNESCO, non pas pour abolir l’immense travail abattu par les pionniers et devanciers, mais pour insuffler à ladite commission un air de jouvence et de renouveau afin de lui éviter de dormir sur ses lauriers.  Lire la suite...

Compteur des visiteurs

50065
Aujourd'huiAujourd'hui122
HierHier182
Cette semaineCette semaine666
Ce moisCe mois825

Le Magazine de la Commission

magazine2