MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE, DE L'ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

La CÔTE D'IVOIRE à l'UNESCO

succede

HISTORIQUE DE LA COMMISSION NATIONALE IVOIRIENNE POUR L’UNESCO

  1. Création

 La Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO est créée par le décret 61-102 du 12 avril 1961. Elle est une structure gouvernementale sous tutelle du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, mais aussi en relation avec les Ministères techniques en charge des domaines de compétence de l’UNESCO : Affaires Etrangères, Enseignement Supérieur et Recherches Scientifiques, Culture et Francophonie, Communication, Jeunesse…

  1. Situation géographique:

La Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO est située à Cocody-Mermoz, derrière rue après l’Institut Goethe.

  1. Mission

La Commission Nationale pour l’UNESCO assure la promotion et l’exécution du mandat de l’UNESCO en Côte d’Ivoire. Elle a un vaste champ d’actions relié à trois types de relation :

  1. Les partenaires au niveau national
  2. Le secrétariat de l’UNESCO au siège et Hors siège
  3. Le réseau mondial des Commissions Nationales.

Elle est chargée d’associer, les organes, les instances, les groupes et les personnes concernées, à l’échelon gouvernemental et non gouvernemental aux activités de l’UNESCO de manière à aider l’Etat de Côte d’Ivoire à :

  • Réaliser ses objectifs dans les domaines de compétence de l’UNESCO
  • Participer de façon croissante à l’action de l’Organisation.
  1. Quelques acquis

Afin de rendre de plus en plus visible la présence de l’UNESCO en Côte d’Ivoire, et ce malgré les maigres moyens dont elle dispose, la Commission Nationale pour l’UNESCO réalise beaucoup d’activités et a un certain nombre d’acquis.

  1. Les chaires UNESCO

Grâce à son intervention auprès de l’UNESCO et à sa mobilisation du milieu universitaire, la Commission Nationale a pu mettre en place, conformément au programme et à la mission de l’UNESCO, des chaires UNESCO dans certaines de nos universités. Actuellement, il existe trois chaires UNESCO. Ce sont :

  • La chaire UNESCO pour la Culture de la Paix, hébergée par l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY de Cocody, (fac lettres) ayant pour titulaire le professeur Gérard LEZOU ;
  • La chaire UNESCO, Eaux Femmes et Pouvoir de Décisions, hébergée par l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY de Cocody, (fac sciences), ayant pour titulaire le professeur Jean BIEMI, et ayant pour co-titulaire Madame YAO Euphrasie ;
  • La chaire UNESCO de la Bioéthique, hébergée par l’Université Alassane OUATTARA de Bouaké, ayant pour titulaire le professeur Lazare POAME ;
  • Chaire UNESCO, Education, Recherche et Action pour la Ville-Durable – (ERA-VD), hébergée à l’Université Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé en création.

 Ces structures ont pour mission de promouvoir les idéaux de l’UNESCO à travers les spécialités relevant de leur compétence, sur le plan à la fois théorique et pratique.

  1. Les comités nationaux spécialisés et les points focaux

Ces comités nationaux et les points focaux veillent à la réalisation en Côte d’Ivoire des programmes intergouvernementaux de l’UNESCO.

  • Quelques points focaux de programmes intergouvernementaux:
  • Programme MAB (l’Homme et la biosphère), avec Dr GAUZE Martine ;
  • Programme MOST (transformations sociales), avec Dr YEO Souleymane ;
  • Programme PHI (Hydrologie) avec Prof  JOURDA ;
  • Programme PIDC (développement de la Communication) avec Prof. SAMBA Koné ;
  • Programme COI (océanologie), avec Prof. AFIAN
  1. Quelques comités nationaux de programmes intergouvernementaux
  • Comité national consultatif de Bioéthique ayant pour Président le professeur Lazare POAME
  • Le comité national du programme Information pour Tous CNI-PIPT, ayant pour présidente Mme Anne-Marie KONAN-PAYNE, ancienne directrice du centre d’information intergouvernemental (CICG). Cette dernière a siègé au bureau du Comité international PIPT en qualité de rapporteur.
  • Le comité national mémoire du monde, avec pour président le Major SEA Justin.
  1. Quelques Célébrations d’anniversaires de personnalités auxquels l’UNESCO s’associe
  • Célébration du 50è anniversaire de la carrière intellectuelle du professeur Georges Niangoran BOUAH
  • Célébration du 50è anniversaire de la carrière intellectuelle du professeur Harris Fotè MEMEL
  1. Activités et conférences sur les programmes de l’UNESCO
  • Participation aux séminaires et ateliers organisés par d’autres commissions nationales : Kampala en Ouganda, Niamey au Niger, Brazzaville au Congo Dakar au Sénégal, Kenya...
  • Séminaire de renforcement des capacités des agents de la Commission Nationale pour l’UNESCO
  • Atelier de renforcement des capacités des animateurs en langues de la RTI, des radios de proximité et des acteurs de la société civile,
  • Cérémonie de prix d’excellence aux jeunes filles des carrières scientifiques
  • Participation à la Journée Internationale de la liberté de la Presse 2018 à ACCRA
  • Participation à la Conférence des Commissions Nationales pour l’UNESCO des 195 Etats Membres à Kenya
  • Participation à la Consultation Régionale Afrique Mémoire du monde 2018 à Abuja.
  • Célébration de l’anniversaire de la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO dans le mois de décembre 2011.

Créée en 1961, la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO avait cinquante ans en 2011. Placé sous la présidence du Ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique, Madame Kandia CAMARA, l’événement a réuni les représentants des Ministères, des Structures techniques et des Organisations non Gouvernementales exerçant dans les domaines de compétence de l’UNESCO. La célébration du cinquantenaire de la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO a offert l’opportunité de faire le bilan de ses activités et de sa visibilité.

  • Bourses et appels à candidatures parrainés par l’UNESCO

La commission nationale se charge de recueillir et de sélectionner les candidatures à proposer pour un certain nombre de bourses et appels à candidature parrainés ou coparrainés par l’UNESCO.

  • Mise en place du programme global d’appui spécial post-conflit dans les domaines de compétence de l’UNESCO.

Suite à la résolution 34C/60 de la 34ème session de la Conférence Générale de l’Unesco en 2007, un programme global d’appui spécial post-conflit a été adopté en faveur de la Côte d’Ivoire. A cet effet, une mission de haut niveau conduite par Monsieur le Directeur Général Adjoint de l’UNESCO pour l’Afrique, Noureini Tidjani-Serpos, a séjourné en Côte d’Ivoire du 6 au 13 juin 2008 pour élaborer avec les experts ivoiriens les besoins prioritaires des ministères en charge des domaines de compétence de l’UNESCO  à savoir :

- l’éducation,

- les sciences exactes et naturelles,

- les sciences sociales et humaines,

- la culture,

- la communication et l’information.

 La mise en œuvre de ce programme a été contrariée par le non-respect du calendrier électoral.

A l’occasion de sa visite au siège de l’Unesco le 26 octobre 2011 dans le cadre de sa participation à la 36ème  session de la Conférence Générale de l’Unesco, le Président de la république de Côte d’Ivoire a signé un mémorandum d’accord avec madame la Directrice Générale pour la relance de ce programme en tenant compte de la nouvelle dynamique du pays. Ainsi, la réalisation du programme révisé,  qui prend en compte l’actualisation des besoins anciennement exprimés d’une part et d’autre part de nouveaux besoins prioritaires identifiés, avait été prévue pour une seule phase, c’est-à-dire  2012-2015 qui correspond véritablement à la période de reconstruction sociale et économique du pays. Grâce à un lobbying fructueux de la Présidente de la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO, la Ministre Kandia CAMARA, Deux décisions importantes ont été prises lors de la 202ème session du Conseil Exécutif de l’UNESCO qui s’est tenu à Paris du 4 au 18 octobre 2017.

  • L’une d’elle est relative au Programme global d’appui spécial post-conflit en faveur de la Côte d’Ivoire ;

Suite au rapport des activités menées depuis juillet 2014 par le Bureau UNESCO d’Abidjan ouvert en 2013 dans ce cadre, le Conseil Exécutif de l’UNESCO a pris une décision invitant la Directrice Générale de l’UNESCO à poursuivre le programme en tenant compte des nouvelles priorités de la Côte d’Ivoire (inscrites dans le Programme National de Développement 2016-2020), et à lui faire rapport à la 206ème session du Conseil Exécutif de l’UNESCO.

  • La deuxième décision prise soutenue par de nombreux pays dont la Côte d’Ivoire, est relative au rôle de l’UNESCO dans la promotion de l’alphabétisation dans le cadre du programme de développement durable o l’horizon 2030.

Le Conseil Exécutif de L’UNESCO a en effet prié la Directrice Générale de l’UNESCO de poursuivre le processus d’élaboration d’une vision et d’un programme d’alphabétisation dans le cadre du programme de développement durable à l’horizon 2030, et de rendre compte lors de la 205ème session du Conseil Exécutif, des travaux de l’UNESCO en matière d’alphabétisation.

  • Consultation de la Directrice Générale de  l’UNESCO auprès des Secrétaires Généraux des Commissions Nationales d’Afrique sub-saharienne

La consultation est un cadre d’échange entre la Directrice Générale de l’UNESCO auprès des Secrétaires Généraux des Commissions Nationales. Elle permet à l’UNESCO de comprendre et de recenser les réalités des pays afin de concevoir ses programmes.

Elle se fait dans les régions du monde selon le découpage géographique suivant : Afrique, Asie et Pacifique, Etats arabes, Europe, Amérique du Nord, Amérique latine et Caraïbes.

 Ainsi, après Luanda (Angola) en 2006, Cotonou (Bénin) en 2008, Kampala (Ouganda) en 2010, la Consultation de la zone Afrique sub-saharienne composée de quarante-sept pays s’est tenue pour la première fois à Abidjan, en Côte d’Ivoire, du 06 au 08 juin 2012.  Elle a permis l’élaboration du projet de stratégie à moyen terme pour 2014-2021 (37 C/4), et du projet de programme et de budget pour 2014-2017 (37 C/5).

Cette consultation a donné l’occasion à l’UNESCO de tenir trois activités supplémentaires portant ainsi à quatre le nombre total des évènements abrités par la Côte d’Ivoire en l’espace d’une semaine : 

  • Le forum sur la culture de la paix, les 4 et 5 juin 2012,
  • La consultation proprement dite, du 6 au 8 juin 2012,
  • La visite officielle de la DG de l’UNESCO du 5 au 7 juin 2012,
  • La séance de sensibilisation sur la Convention 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le 09 juin 2012.

L'une des retombées de cette percée diplomatique en direction de l'UNESCO a été le retour du Bureau national à Abidjan, dirigé par Monsieur Ydo Yao, Représentant résidant de l’UNESCO en Côte d’Ivoire.

C’est également dans ce contexte qu’au nom du gouvernement de Côte d’Ivoire, Madame le Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a signé  l’accord de siège avec Madame Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, à Paris le 23 mai 2013.

  1. LES GRANDS DÉFIS ET PERSPECTIVES

Les contraintes et défis auxquels reste confrontée la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO, malgré l’ampleur de sa tâche, sont nombreux :

  • Au niveau institutionnel, la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO dans sa situation actuelle, se résume pratiquement à son secrétariat et à son Président, le ministre de tutelle. Les autres organes sont inexistants.  
  • Stricte dépendance à l’égard du seul ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Cette situation ne lui permet pas d’assurer pleinement sa mission multisectorielle, car  la dotation budgétaire dudit Ministère ne peut à elle seule satisfaire à ses besoins.
  • Absence d’un siège propre et fixe à la Commission Nationale. Elle est logée pour l’heure dans une maison baillée par l’Etat.

Ces dysfonctionnements communs à la plupart des Commissions Nationales ont attiré l’attention de la Directrice générale de l’UNESCO au point de publier une lettre circulaire.

Dans cette lettre référencée CL / 3949 du 13 janvier 2011, la Directrice générale interpelle tous les partenaires, notamment les Etats membres sur leurs responsabilités vis-à-vis des Commissions Nationales :

« Pour s’acquitter efficacement de leurs diverses attributions, les commissions nationales ont besoin de notre soutien…nombre d’entre elles rencontrent des difficultés et subissent des contraintes chroniques dues à une piètre reconnaissance de leur statut, à leurs moyens d’actions limités, à un renouvellement fréquent de leurs effectifs et à l’insuffisance de leurs ressources »

Face à ces nombreux défis, compte tenu de l’importance du rôle de la Commission Nationale pour l’UNESCO, et au regard de la lettre circulaire de la Directrice générale de l’UNESCO, il s’impose la réorganisation de la Commission Nationale Ivoirienne pour l’UNESCO.

La nécessité d’une réorganisation de la Commission Nationale :

La réorganisation de la Commission Nationale pour l’UNESCO permettra à notre pays d’être en conformité avec les normes préconisées par la charte des Commissions Nationales et les différentes résolutions de la Conférence Générale de l’UNESCO visant au renforcement et à l’harmonisation des capacités des Commissions Nationales. De telles dispositions permettront à la Commission Nationale pour l’UNESCO de remplir pleinement son rôle d’instrument privilégié de coopération et de coordination entre l’Etat membre de Côte d’Ivoire et l’UNESCO.

Les 5 grands programmes

 

  • Education (ED)
  • Sciences Exactes et Naturelles (SC)
  • Sciences Humaines et Sociales (SHS)
  • Culture (CLT)
  • Communication et Information (CI)

Le mot du Secrétaire Général

photo du SG

Les temps changent et les mentalités doivent aussi évoluer. Il est de plus en plus question de confier plus de responsabilités aux jeunes afin de faire leurs preuves. Dans cette optique, une équipe jeune est mise en place depuis le 17 juillet 2017, à la tête de la commission nationale ivoirienne pour l’UNESCO, non pas pour abolir l’immense travail abattu par les pionniers et devanciers, mais pour insuffler à ladite commission un air de jouvence et de renouveau afin de lui éviter de dormir sur ses lauriers.  Lire la suite...

Compteur des visiteurs

50198
Aujourd'huiAujourd'hui77
HierHier178
Cette semaineCette semaine799
Ce moisCe mois958

Le Magazine de la Commission

magazine2